Accueil
Impact sur l'environnement
Notre société
Nos Qualifications
Nos références
Catalogue
Conseils importants
Pompes à chaleur
Plancher chauffant rafraichissant
Relève et Substitution de Chaudière
Climatisation
Pompe à chaleur Piscine
Chauffe-eau Thermodynamique
Chauffe eau Solaire CESI
Devis Gratuits
Liens
Climatisation PACA © Mentions Légales

DESORMAIS, votre installation de chauffage central peut consommer de l'énergie renouvelable

PAC aérothermiques AIR/EAU en relève de chaudière

Une pompe à chaleur air/eau peut aussi être intégrée à une installation de chauffage central existante (gaz ou fuel) dans ce cas on parle de pompe à chaleur en relève de chaudière. Elles permettent ainsi d'économiser du combustible et de limiter les rejets nocifs de combustion.
Durant la plus grande partie de l'hiver la pompe à chaleur fonctionne en priorité tant que son rendement est acceptable, c'est-à-dire au dessus d'un seuil de température extérieure. En pratique, pour toutes les températures extérieures supérieures à une valeur comprise entre 0 et 5°C environ (température d'équilibre), la pompe à chaleur fonctionne seule. Pour les températures extérieures plus basses, la chaudière fuel vient l'épauler en fournissant le complément. Elle permet donc de consommer le fuel qu'aux périodes les plus froides, qui représentent en France un nombre de jours restreints.
Sans entraîner de perte de confort, il existe un moyen simple et efficace d'économiser 70% de fuel et de réduire d'environ 40% à 50% la facture énergétique.
Autre avantage, le client bénéficie en permanence de deux sources d'énergie parfaitement indépendantes.

Limites

Les conditions d'intégration d'une PAC dans une installation existante impliquent aussi de connaître la température de départ d'eau de chauffage pour s'assurer que les radiateurs peuvent dispenser toute l'énergie que peut produire la PAC. Cette condition est souvent remplie car les installations anciennes sont souvent équipées avec des radiateurs "surdimensionnés". Le raccordement d'une pompe à chaleur sur une installation existante ne s'improvise pas. Si la consommation moyenne annuelle de chauffage dépasse 33 litres de fuel au m2 habitable ou si la température de départ d'eau de chauffage dépasse 70°C, des travaux préalables sur le bâti s'imposent. Par ailleurs, contrairement à une chaudière à combustible qui peut monter la température d'eau à près de 90°C, une PAC voit sa limite haute se situer à environ 55°C. Maintenant les nouvelles PAC « haute température » permettent d'envisager une température d'eau de 65°C même par des températures extérieures basses.
Pour ces raisons, il est indispensable que la PAC soit raccordée à l'endroit où la température de l'eau de l'installation est minimale. Toutefois, il existe un autre point à vérifier : l'écart de température entre l'entrée et la sortie d'eau de chauffage de la PAC. Cette dernière est en effet conçue pour fonctionner avec un écart de 5 à 7°C, alors que l'installation existante travaille avec un écart de l'ordre de 15 à 20°C. Il est donc indispensable d'installer un ballon tampon pour séparer les circuits d'eau. L'installation d'une PAC peut entraîner une modification de la puissance électrique souscrite ou un changement de branchement qui, de monophasé, devrait devenir triphasé.

Les économies d'énergie en habitat existant

L'installation d'une pompe à chaleur en relève de chaudière permet sans perte de confort de réduire de près de 50% la facture énergétique annuelle.
Doté d'une régulation performante, le système gère automatiquement le passage en pompe à chaleur / chaudière en fonction de la température extérieure.
Le système bi-énergie s'installe sur tous les types de chauffage traditionnel gaz ou fuel.

 

Relève de Chaudière - Technologie